Robert Coover

Toutes vos lectures de livres récents

Modérateurs: Gilbert, Marianne, Nicole

Robert Coover

Messagepar Marianne » 27 Aoû 2018 12:13

Un peu ancien, mais, qui sait ... ...

Coover, Robert.- Pinocchio à Venise.- Paris : Seuil, 1996.- (Fiction & Cie).

Résumé :
Robert Coover s'attache ici à exhumer, à soulever et à ébranler la pierre angulaire des contes de notre enfance, le fameux : "Il était une fois... un simple bout de bois..." Il promène Pinocchio, sous les traits d'un vieil universitaire américain, à travers une Venise hivernale et fantomatique, livrée au Carnaval et au plus cruel des charivaris, où son héros découvre des personnages au moins duplices ou triplices sous leurs déguisements et leurs masques : autant de personnages qu'on ne peut identifier sans se fier à leurs propos, et surtout sans s'en défier... Que penser, par exemple, de cette bonne fée qui est ici tour à tour enfant et soeur, mère et préceptrice, muse et marâtre, amante et tortionnaire?

Le jour où Pînocchio était devenu un vrai petit garçon, on s'en souvient, il s'était exclamé : "Que j'étais ridicule; quand j'étais un pantin!" Et Coover d'imaginer que Pinocchio avait préféré oublier son existence antérieure, pour aller vivre sa vie d'homme en Amérique. Mais si sa Fée n'avait pu se résoudre à sacrifier totalement le pantin à l'enfant, il était dit que Pinocchio reviendrait un jour vers son passé... qu'il retomberait aux mains de ses ennemis de toujours, le Chat et la Renarde, et qu'il retrouverait avec ses vieux amis Polichinelle, Colombine, Pantalone et Arlequin toute la troupe des marionnettes d'antan, revivant enfin dans Venise de picaresques aventures.

Avec une éblouissante virtuosité, Robert Coover relit ce Pinocchio si parfaitement intégré à notre culture qu'on en oublie qu'il n'est pas un legs de la culture populaire, mais l'oeuvre de Collodi, le mythe littéraire dominant la première moitié du XXème siècle, le mythe de l'enfance par excellence et un monument de "culture parlée". Croce a pu écrire que "le bois dans lequel est taillé PInocchio, c'est l'humanité". Mais Coover nous laisse à penser que, pour atteindre à l'humanité, il ne faut peut-être pas entamer trop profondément le bois de l'enfance.


Image
Marianne
Votre modérateur.Image
Avatar de l’utilisateur
Marianne
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 5134
Inscription: 20 Jan 2005 18:34
Localisation: Alpes Maritimes

Re: Robert Coover

Messagepar Marianne » 28 Aoû 2018 20:09

Mon avis :
Coover, Robert.- Pinocchio à Venise.- Paris : seuil, 1996.- (Fictions & Cie).

Je n'ai pas vraiment été convaincue par transposition à notre époque, du Pinocchio de Carlo Collodi par Robert Coover.

Peut être est dû au choix de Robert Coover c'est à dire de dépeindre Pinocchio sous les traits d'un vieil l homme tout en transposant l'intrigue dans une Venise hivernale, baroque, sombre, etc. Ce qui n'arrange rien à la morosité ambiante. On retrouve aussi tous les personnages évoluant autour de Pinocchio, mais, sous d'autres traits.

Il faut avoue, outre le fait d'avoir coisi l'hivers comme "cadre" de son roman, Robert Coover a également choisi le carnaval comme point de repère de son interprétation toute personnelle de l'œuvre de Calo Collodi. Ce qui fait qu'une atmosphère "permissive" se dégage également, et, on a l'impression que les divers protagoniste, l'histoire elle même filent dans tous les sens ainsi qu'en "vadrouille".

Par moment, j'ai eu du mal à suivre, à comprendre ce que je lisais. Cela a également quelque peu dénaturé le souvenirs que j'ai de ma lecture de Pinocchio. Peut être aurait il fallu relire et/ou parcourir le Roman de Collodi avant de me plonger dans celui ci.

Dommage pour moi, mais, cela peut plaire à d'autres.
Marianne
Votre modérateur.Image
Avatar de l’utilisateur
Marianne
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 5134
Inscription: 20 Jan 2005 18:34
Localisation: Alpes Maritimes


Retourner vers Salon de lecture

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités