L'Atelier Orsoni fête ses 130 ans ...

Vous avez aimé...

Modérateurs: Gilbert, Marianne, Nicole

L'Atelier Orsoni fête ses 130 ans ...

Messagepar Marianne » 12 Juin 2007 19:24

[img]http://media.actu.orange.fr/Images/mmd--francais--journal_internet--clt/SGE.MIH38.120607075137.to00.quicklook.default-245x156.jpg[/img]


Ses mosaïques à la feuille d'or ont fait d'Orsoni le plus raffiné des ateliers d'art vénitiens, et le patient travail de ses 27 employés perpétue depuis 1888 une tradition qui a magnifié le Sacré-Coeur de Paris ou encore la cathédrale Saint-Paul de Londres.

Au fond d'une cour ombragée cachée dans un quartier populaire au nord de Venise, une ouvrière prend une délicate feuille d'or 24 carats et la dépose sur une plaque de verre transparente pour la préparer à l'épreuve du feu.

Dans la pièce voisine, coeur de la fabrique, un immense four de briques noircies dégage une chaleur étouffante. Du verre en fusion rougeoyant est sorti des flammes et vient recouvrir la feuille d'or et son support, qui sont immédiatement réenfournés: une plaque de mosaïque vient de naître.

"Nous utilisons les mêmes techniques qu'il y a cent ans. La seule chose qui ait changé, c'est l'utilisation du gaz pour le four au lieu du charbon. Sinon le concept de production est identique et tout est encore entièrement fait à la main", explique à l'AFP Liana Melchior, chargée de la gestion interne de l'entreprise.

[img]http://media.actu.orange.fr/Images/mmd--francais--journal_internet--clt/SGE.MIH38.120607075137.to01.quicklook.default-245x120.jpg[/img]

En 1888, lorsqu'Angelo Orsoni reçoit l'entreprise des mains du mosaïste Giandomenico Facchina, il est déjà un artisan consacré et gagne une renommée internationale dès l'année suivante lorsqu'il présente une des ses compositions à l'Exposition universelle de Paris.

Dans ses ateliers vénitiens, il décide de faire revivre les antiques mosaïques byzantines à la feuille d'or, qui deviendront la marque de fabrique de la société, et multiplie également les couleurs pour les "smalti", ces morceaux d'émaux de verre opaque qui composent une mosaïque.

Petit trésor d'Orsoni, l'impressionnante "bibliothèque des couleurs" compte aujourd'hui quelque 2.800 tonalités, les grands carrés de "smalti" déclinant toutes sortes de verts, rouges, orange, bleus, roses et gris, méticuleusement rangés sur de vieilles étagères en bois brut.

"Il y a dans cette pièce toutes les couleurs que l'on peut obtenir à partir des oxydes de métaux. Il nous manque cependant des tons de bleu et de violet car on ne peut pas mélanger pour des raisons chimiques le cobalt (bleu) et le cadmium (jaune). Et il nous arrive aussi de produire une couleur spéciale sur demande", souligne Liana Melchior.

[img]http://media.actu.orange.fr/Images/mmd--francais--journal_internet--clt/SGE.MIH38.120607075137.to02.quicklook.default-245x171.jpg[/img]
Une fois "cuites", les plaques de mosaïques à la feuille d'or ou de "smalti" passent à l'atelier découpe. Assises face à face, Gabriella et Manuela peuvent en une heure couper à la main 5kg de petites tesselles, ces morceaux qui composent les mosaïques.

"C'est très fatigant pour les mains et les bras, c'est presque un travail d'homme! Mais on a la satisfaction de savoir que cela va servir pour une oeuvre d'art", sourit Gabriella, 35 ans d'Orsoni, les mains protégées par d'épais gants beige et qui brosse sa plaque en verre avec de l'huile avant de la quadriller à l'aide d'une lame très coupante, pour casser ensuite à la force de ses doigts des petits morceaux de 2 cm sur 2.

Chaque jour, les 27 employés des ateliers produisent quelque 500 kg de "smalti" et 200 kg de mosaïque à la feuille d'or, cette dernière se vendant entre 82 et 140 euros le kilo.

Les petits morceaux de lumière d'Orsoni ont notamment servi à la restauration de la basilique de Lourdes, mais se retrouvent aussi sur le Mausolée d'Ataturk à Ankara, les Buddhas dorés de Bangkok, la cathédrale Westminster de Londres ou encore le bassin de La Défense à Paris.

Racheté en 2003 par le groupe italien Trend, Orsoni a cessé d'être une entreprise familiale et Lucio, arrière-petit-fils d'Angelo, doit aujourd'hui se contenter du titre de président honoraire de la société.
Marianne
Votre modérateur.Image
Avatar de l’utilisateur
Marianne
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 5126
Inscription: 20 Jan 2005 18:34
Localisation: Alpes Maritimes

Messagepar Véra da POZZO » 12 Juin 2007 19:44

merci Marianne pour cet intéressant post. :wink:
Avatar de l’utilisateur
Véra da POZZO
Jeune chat
Jeune chat
 
Messages: 234
Inscription: 18 Déc 2005 18:02
Localisation: idf

Messagepar J@M » 12 Juin 2007 20:39

Très intéressant, en effet. Salve
Avatar de l’utilisateur
J@M
Lion ailé de San Marco
Lion ailé de San Marco
 
Messages: 5087
Inscription: 03 Mar 2006 20:45
Localisation: LYON

Messagepar Do » 13 Juin 2007 2:39

Merci Marianne.
C'est super intéressant toutes ces informations. Vous nous gâtez
OK
J'espère toutefois que la vente dont il est fait mention ne verra pas la fin de ces nobles métiers très exigeants et qui requièrent beaucoup d'habiletés. Enfin pour l'instant la tradition semble continuer n'est-ce pas ?
Merci encore.
Avatar de l’utilisateur
Do
Soriano
Soriano
 
Messages: 1341
Inscription: 07 Déc 2006 21:49
Localisation: Montréal


Retourner vers Les Coups de coeur

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron