Romans Policiers 6

Retour Salon  

 
     
Retour Romans Policiers 5 Retour répertoire AUTEUR    Retour répertoire TITRE   

 

© Éditions Fleuve noir, 1973

(Fleuve noir ; 1949. Espionnage)

 

La gondole aux espions

Marc Arno

 

Dans la lignée des romans policiers et/ou d'espionnage dit de gare paru à cette époque c'est-à-dire dans les années 60/70 dans lequel la lutte contre la mafia, les règlements de compte entre bandes rivales, sous couvert de la guerre froide, prédominent.

Dans le cas présent, Marc Arno (1937 - ?) propose une série de "coups fourrés" entre groupes de gauchistes rivaux utilisant surtout leurs poings plus que leurs neurones.

Ce n'est peut être pas de la grande littérature, l'intrigue - aux multiples rebondissements sans vraiment de liens entre eux - est peut être superficielle, c'est malgré tout facile et agréable à lire. Marc Arno est un auteur à découvrir si l'on ne le connaît pas. Du moins, à mon avis.

J'ai déjà lu quelques polars publiés par les éditions Fleuve noirs dans les années 60/70 et donc épuisés dans le commerce à ce jour, La gondole aux espions et celui que j'ai le moins appréciés.

 

Marc Arno (1937 - ?) :

Selon Henri Yves Marnet dans Le Dictionnaire des littératures policières, Marc Arno aurait été un dés nègres de Josette Bruce lorsqu'elle a repris la série des OSS 117 au moment du décès de mon mari.

Source : Wikipédia).

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

© Éditions Fleuve noir, 1969

(Fleuve noir ; 761. Espionnage)

 

La longue corde de Kern

Marc Revest

 

La longue corde de Kern appartient à la série intitulée Kern. A ce jour, quinze titres ont été publié par Marc Revest aux Éditions du Fleuve noir.

Pour information, Marc Revest est le pseudonyme utilisé par les romanciers Stephen Jouravieff (1924 - 1995) et Claude Joste (nom de plume de Claude - Hubert Goldstein, né en 1929).

Évidemment, au vue de la date de parution - 1969 - du ledit bouquin, on ne le trouve que d'occasion auprès des bouquinistes.

Marc Revest propose un roman d'espionnage digne de ce nom dans lequel tous les coups sont permis, et, composé à la fois de durs à cuirs prévus pour les sales coups, et, de l'espion intelligent, "sage", posé, utilisant, de préférence, ses neurones afin de mener à bien sa mission, même si parfois, il n'est pas contre l'emploi de ses poings. On retrouve également l'éternelle lutte entre le bien et le mal ainsi que celle entre l'Occident et le bloc communiste.

Un polar à l'esprit suranné et désuet dans lequel les rebondissements se comptent  à la pelle, mais, on en redemande. De l'"humour" se dégage parfois, et, cela au détriment de certains personnages qui passent pour des imbéciles.

En bref, on passe un excellent moment de lecture en compagnie de ce p'tit polar pas désagréable du tout.

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

© Éditions Fleuve noir, 1970

(Fleuve noir ; 814. Spécial police)

 

Monica, Eros et héroïne

J M  Valente

 

Publié en 1970, le présent titre fait partie d'une série intitulée Monica. Celle-ci comprend cinq titres au total.

Il s'agit d'un polar dit de gare dans lequel on ne s'ennuie guère tant cela "décoiffe". Et cela jusqu'à la dernière ligne. L'intrigue en elle-même est somme toute classique, voire formatée.

On entre rapidement dans le vif du sujet tant les divers personnages - qu'ils soient du bon ou du mauvais côté de la barrière -  sont efficaces, dynamiques.

Chacun d'entre eux possèdent un caractère bien trempé tout en sachant ce qu'ils désirent afin d'arriver le plus rapidement possible à leurs fins personnels.

Enfin bref, un petit polar juste ce qu'il faut. Que se soit pour un long voyage en train, en avion et/ou tout simplement lors d'une "opération" repos sur son canapé.

 

J M Valente :

J. M. Valente est le pseudonyme de Jacques Valente. Il est aussi l'auteur de quelques romans érotiques publiés sous le nom de Nathalie More.

(Source : Wikipédia).

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

 

© Éditions Presses de la Cité, 1972

(Collection Jean Bruce) ; 138)

 

 

Traîtrise à Venise pour O.S.S. 117

Josette Bruce

 

Une véritable découverte pour moi puisqu'il s'agit de la toute première enquête de l'agent OSS 117 que je lis. J'ai ouvert ledit polar avec quelques appréhensions, peut-être dû à la couverture quelque peu accrocheuse, et, dans laquelle se dégage un certain érotisme.

Contre toute attente, cela ne m'a pas déplu. Cela même si les aventures et autres mésaventures d'Hubert Benisseur de la Bath, allias OSS 117 - sous couvert de guerre froide -  contre la mafia ne restera pas dans mes annales policières.

Il est vrai que ce roman dit de gare possède un certain cachet, que je qualifierais de désuet et suranné. A l'image des différents personnages qui reflètent toute une époque. Un certain "charme" se dégage au fil des pages, mais,  à condition de ne pas s'enfiler à la suite tous les OSS 117. Du moins, en ce qui me concerne. Un titre au passage suffit amplement.

A lire avec curiosité.

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

 

© Éditions  Ed. Ex Aequo, 1019

(Collection Atlantis)

 

 

 

Le mystérieux évadé

Daniel Devaux

 

Il s'agit de la suite de Le Paradoxe de Casanova du même auteur. Tout comme le précédent volume, cela se laisse lire tout en n'étant pas vraiment un coup de cœur.

Par moment, j'avais l'impression de relire une autre version du premier tome à cause des divers et nombreux résumés émaillant l'histoire au fil des pages. Il aurait mieux fallu un bref récapitulatif en début d'ouvrages afin de se mémoriser à nouveau l'intrigue que toutes ses "digressions" au moment où l'on s'y attend le moins. Cela m'a fait un peu penser à du remplissage de pages.

Malgré tout, la curiosité aidant, le présent titre a été lu jusqu'au dénouement final. Et cela même, si ce dernier coule de source. Une lecture sans plus, sans réelle surprise, et, qui ne me laissera pas un souvenirs impérissable.

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

 

© Éditions  Ex Aequo, 2016

(Collections Atlantis)

 

 

 

Le paradoxe de Casanova

Daniel Devaux

 

Reprenant le mythe des voyages dans le temps, le passé, le polar sorti tout droit de l'imagination de Daniel Devaux a été lu avec curiosité, et, j'avoue avoir été agréablement surprise par ma lecture.

L'intrigue alterne entre notre époque (XXIe siècle) et le XVIIIe siècle. Ce qui amène une double intrigue. Toutes deux menées dans leurs époques respectives. On assiste, dans celle-ci, aux interrogations, aux doutes des divers protagonistes évoluant au fil des pages. Notamment avec l'un d'entre eux - Jacques Cazeneuve, scientifique de son état - qui se retrouve dans la peau du célèbre aventurier Casanova après avoir servi de cobaye afin de vérifier si son invention était fiable ou non.

Cela se lit sans déplaisir ainsi qu'avec un certain intérêt. En effet, il est intéressant de voir, découvrir le comportement de Casanova et de son "double" du futur, et, cela même si la vie mouvementé de Casanova n'est plus une réelle surprise.

 

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

 

© Éditions  Librinova, 2018.

 

 

 

Les ombres du Roi Soleil

Mario Capraro

 

Basé sur des faits historiques réels, Mario Capraro entraîne ses lecteurs à la cour de Louis XIV.

L'intrigue tourne essentiellement autour de la célèbre Affaire des Poisons impliquant des membres éminent évoluant dans l'entourage immédiat du Roi Soleil.- Mario Capraso évoque également une affaire - peut être moins connue du grand public - d'espionnage visant Venise. Episode à l'origine de la Manufacture de Saint Gobain par Colbert.

Même si le fond de l'intrigue policière est connue, celle-ci se laisse lire. On ne s'ennuie guère vu que tous les ingrédients - crimes en tout genre, agressions, etc - sont au rendez-vous afin de mener une enquête tambour battant.- Les divers protagonistes sont sympathiques, droits, au-dessus de tout soupçons. En bref, irréprochables.

En gros, un petit polar historique, agréable et que l'on lit avec curiosité car l'on plonge avec intérêt dans la cour du Roi Soleil, alors à l'apogée de son règne.

 

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

 

© Éditions Thomas & Mercer , 2020

 

 

Le théâtre de Venise

Maria-Luisa Minarelli

 

J'ai retrouvé avec beaucoup de plaisir les personnages récurrents de Maria-Luisa Minarelli c'est-à-dire Marco Pisani et ses amis Daniele Zen, le docteur Valentini.

Cette fois ci, le monde de la musique est à l'honneur. En effet, l'intrigue se déroule au théâtre San Giovanni Crisostomo. C'est surtout l'occasion de découvrir un milieu méconnu : celui évoluant autour des chanteurs, des castrats, et, autres musiciens, danseurs : tout le petit monde des machinistes, des costumières, des couturières, etc, et, sans qui, les spectacles n'auraient jamais lieu.

C'est aussi l'occasion d'évoluer, d'arpenter la Venise du XVIIIe siècle, en proie alors à ses démons, et, surtout l'ombre de son glorieux, et, fastueux passé, via une intrigue policière tarabiscotée à souhaits.

Mais qu'importe la saturation politique et/ou sociale du lieu où se déroule l'action. Le tout est que l'histoire tienne la route, que l'on suive avec intérêt, avec plaisir, le bon déroulement de l'enquête policière menée avec dextérité par les divers protagonistes.

Une série de polars historiques, aux multiples rebondissements, à suivre, à découvrir - voire à dévorer - avec délectation.

 

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

 

© Éditions Legrand-Cambier, 2020.

 

 

 

Enquêtes vénitiennes, tome 5 : L'arbalète du diable

 

Pierre Legrand ; Claudine Cambler

 

 

Aussi excellent que les quatre premiers tomes.

Le présent volume est centré autour de la figure emblématique de la belle et sulfureuse Laura Borroméo.

Un pure et véritable délice, régal de lecture dans laquelle on plonge à pieds joints en plein cœur de la Renaissance italienne, et surtout, on retrouve, on côtoie  des personnages - historiques et fictifs - qui deviennent aux fils des tomes, des pages, des "compagnons", des "amis.

 

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

 

© Éditions Presses de la Cité, 2007

 

 

Les démons des temps immobiles

Dan Chartier

 

Un polar sans aucun temps morts, riche en rebondissements dont l'action se partage entre Venise, Jérusalem, Phoenix (Arizona).

Lu sans déplaisir, mais, sans passion.

L'intrigue part rapidement dans tous les sens, mélangeant ésotérisme, et, mysticisme. Conclusion, la compréhension générale de cette dernière n'est guère évidente à saisir.

En bref, une lecture qui ne restera pas dans mes annales.

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

 

© Éditions Pocket, 1975

 (Presses Pocket ; 1202)

 

 

Le canal silencieux

Heinz G Konsalik

 

Une lecture guère transcendante ainsi que prévisible, linéaire dans son ensemble qui ne me laissera pas un souvenir impérissable, mais, qui se laisse lire malgré tout.

L'intrigue est minimaliste au maximum : lutte  entre le bien et le mal en compagnie du "bon" toubib en proie aux consortiums financiers cupides.

Le tout sous couvert de kidnapping, la naissance d'une histoire d'amour et/ou une renaissance pour l'un des personnages.

En bref, un roman à mi chemin entre le roman d'espionnage et sentimental quelque peu "gnan gnan", "'cucul la praline", qui se lit sans déplaisir, rapidement tout en s'oubliant aussi vite, mais, avec lequel on passe quelques heures de détente tranquille, si l'on apprécie les intriques quelque peu à l'eau de rose ainsi que aussi plate que possible.

 

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

 

© Éditions Fleuve noir, 1973

 (Fleuve noir. Spécial police ; 1025)

 

Carter, James.- Le voleur de poules.- Paris : Fleuve noir, 1973.- (Fleuve noir. Spécial police ; 1025).

Le voleur de poules

James Carter

 

Je continue dans ma lancée parmi les romanciers "inconnus au bataillon" en ce qui me concerne, et, dont les œuvres sont introuvables en librairie.

Le voleur de poules en fait donc partie.

L'action du présent titre - un tantinet humoristique, cocasse, décalé - se déroule entre Rome et Venise avec pour personnages principaux, une actrice "has been", et, son jeune amant - beau comme un dieu - mais, peu doué pour le cinéma ainsi que dans toutes les actions qu'il entreprend afin de sortir de sa condition de petit délinquant. La seule chose qu'il réussit à peu près bien est celle de "gigolo".

Un policier lu rapidement, avec curiosité et intérêt. Les divers protagonistes, même si ils sont présentés comme des "nanars", ne manquent pas d'intérêts, tout en montrant un féroce appétit de vivre, tout en étant pour certains rattrapés par leur passé de petit délinquant.

Une lecture plaisir et une jolie découverte pour moi.

L'auteur :

James Carter est le pseudonyme de Paul Baulot de Varennes (1931 - ?) qui écrit aussi sous le nom de Frédéric Valmain.

(Sources : BNF)

Selon d'autres sources que celles de la BNF, de nombreuses hypothèses émettent  l'idée que Paul Baulat de Varennes aurait servi de prête nom à Frédéric Dard (1921 - 2000). Celles-ci ont toutes été rejetées par la famille de Frédéric Dard.

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

 

© Éditions Fleuve noir, 1982

(Fleuve noir.- Spécial policier ; 1741)

 

Une ombre au tableau

David Morgon

 

Une petite découverte avec ce titre imaginé par David Morgon, et, publié par les éditions Fleuves noirs en 1982.

Le fait de farfouiller sur internet pour un thème bien particulier, et, dans le cas présent sur Venise permet de repérer des romans "anciens", donc épuisés en librairie à l'heure actuelle. Ce qui donne de jolie et agréable surprise comme avec Une ombre au tableau.

Une ombre au tableau est l'un des titres de la série mettant en scène le personnage récurrent de David Morgon. Même si celui ci ne restera peut être pas dans mes annales, j'en garderais malgré tout un bon souvenirs. Il est léger, facile et agréable à lire. Les différents protagonistes sortis tout droit de l'imagination de leur créateur sont sympathique, y compris les méchants. Ils ont un petit quelque chose qui fait que l'on s'attache à eux. Enfin bref, on se détend vraiment bien en leur compagnie.

 

L'auteur :

David Morgon est le nom de plume de Christian J. Mandon (1941 - 2008). Christian J. Mandon était professeur de lettres. Il utilise le nom de son héros pour signer cette série comprenant 36 romans.

David Morgon est un détective privé lyonnais, mais, également un fin gourmet, et, un amateur de grands vins.

Selon Le dictionnaire des littératures policiers, David Morgon est plus un observateur, qu'un justicier.

(Source : Wikipédia)

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

 

© Éditions Didier jeunesse, 2020

 

 

Le Code Vivaldi

Nathalie Somers

Réédition  sous le titre Le Code  Vivaldi du polar suivant : Deborah Prince : les eaux troubles de Venise chez un autre éditeur.

Les divers personnages ont changé de noms et prénoms, mais, le texte est exactement le même. Et, il est toujours à destination des jeunes lecteurs.

Tout comme la précédente édition, le présent titre ne me laissera pas un souvenir impérissable tout en étant rafraîchissant, reposant et facile à lire.

 

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

 

©  Éditions J. C.  Lattès, 2019

 

 

La saga du soleil noir, tome 2 : la nuit du mal

Eric, Giacometti ; Jacques Ravenne

 

Malgré une petite préférence pour la série policière des Antoine Marcas se déroulant dans le milieu franc maçon, la saga du soleil noir dont est issue le présent volume se laisse volontiers lire.

Un roman d'aventure, d'espionnage à caractère ésotérique, dans lequel les personnages historiques, et, imaginaires se côtoient sans distinction, digne de ce nom, et, surtout sans aucun temps mort. En effet, de multiples rebondissements ne laissent aucun répits aux divers personnages créent par Eric Giacometti, et, Jacques Ravenne. Il faut avouer que la période historique  choisie - la Seconde Guerre Mondiale - y est pour quelque chose.

A lire si l'on désire passer un bon moment sans se casser la tête.

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

 

©  Éditions Calmann Levy, 2020

 

 

Un si joli crime

Christopher Bollen

Le petit monde de l'art et, plus particulièrement, celui des antiquités est à l'honneur dans ce titre et, surtout en pleine ébullition via une vaste escroquerie menée d'une main de maître par deux jeunes amants originaires de New York.

Parviendront-ils à leurs fins ? Le mieux est de se plonger dans ce polar dressant le portrait de ce jeune couple paumé ainsi qu'au parcours quelque peu chaotique mais déterminé, amoureux tout en cherchant par n'importe quel moyen - y compris le meurtre - à s'en sortir. Il est à noter que l'intrigue repose essentiellement sur les rapports sociaux ou non entre des personnes évoluant dans ce milieu, souvent factice, où règnent, la plupart du temps, l'hypocrisie, le mensonge, les faux semblants, etc... ainsi que le montage, puis la réalisation petit à petit de cette arnaque par ces deux jeunes escrocs que l'on peut qualifier de novice, tout en étant sans scrupules, mais, malgré tout gentils et sympathiques.

Les meurtres, et, autres tentatives d'assassinats semblent accessoires, tout en détonant un peu. Le lecteur assiste également à la naissance d'un couple, d'abord clandestin, puis, officiel.

Un roman policier tout en pudeur, centré sur la communauté  homosexuelle new-yorkaise, avec ses joies, ses peurs, mais, qui se dévore littéralement d'une seule traite.

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

 

©  Éditions l'Harmattan, 2019

(Noir)

 

 

 

Les ombres de Saint Marc

Valeria Del Bon

 

Découvert tout à fait par hasard sur internet, et, surtout ne connaissant pas Valeria Del Bon en tant que romancière, je me suis plongée dans la lecteur de ce polar avec curiosité.

Bien m'en a pris ! Il me fut pratiquement impossible de le lâcher tant le suspense ainsi que l'intérêt afin de connaître le fin mot de cette histoire - noire à souhait - étaient immense.

Il faut dire que tous les ingrédients - mafia, drogue, attentat, meurtres en tout genre - sont au rendez-vous afin de susciter l'attention du lecteur. Et quand la mafia s'en mêle, on peut dire que cela décoiffe, et, surtout, l'on ne s'ennuie aucunement.

Les indices sont distillés au compte goutte au fur et à mesure de l'avancement de l'enquête par la police tout en devinant les prémices d'une histoire d'amour entre deux personnages.

On l'aura compris, j'ai beaucoup apprécié ma lecture dont j'ai refermé la dernière page avec beaucoup de regrets.

 

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

 

©  Éditions Editions du 81, 2020

 

 

Le maître des esprits : Une enquête de Flavio Foscarini

Robert de Laroche

 

Le "petit" monde de l'occultisme, et, de l'alchimie sont au cœur de cette nouvelle enquête menée d'une main de maître par Flavio Foscarini - noble et érudit de son état - et de l'écrivain Gasparo Gozzi.

Tout comme dans La Vestale de Venise du même auteur, les personnages fictifs se mêlent aux personnages historiques. Par moment, on a l'impression que lesdits personnages fictifs ont réellement existé tant ils sont criant de vérité.

De nombreuses recherches historiques ont été effectuées avec minutie, et, moult détails afin de rendre "crédible" une intrique quelque peu mystérieuse et inquiétante à souhait. Pour tout avouer, les faits historiques se mêlent habilement au fil conducteur de l'histoire tout en expliquant ce qui s'est réellement passé au moment et jour précis où se déroule l'action. Ce qui fait que l'on apprend beaucoup de chose sans que l'on s'en rende compte, et, surtout avec plaisir.

Enfin bref, un excellent polar, prenant et passionnant dès les premières lignes qui a été lu même pas en deux après-midi.

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

 

©  Éditions Editions du 81, 2019.

 

 

La Vestale de Venise : Une enquête de Flavio Foscarini

Robert de Laroche

 

Un polar historique dans lequel se  mêle personnages réels et de fictions lus, voire littéralement dévoré en quelques jours.

L'intrigue policière rondement menée par les héros sortis tout droit de l'imagination de Robert de Laroche nous entraîne dans une Venise festive : celle où le carnaval bat son plein six mois de l'année , et, où tout est possible, y compris des meurtres, et, autres  règlements de comptes en tout genres.

En bref, participer au carnaval,  fréquenter assidûment l'atelier du peintre Rosalba Carriera - alors au sommet de sa gloire - et / ou déguster un chocolat chaud au Florian - mine de rien, on apprend d'où vient le nom du célèbre café - n'est pas de tout repos. Eh oui, on manque d'y "laisser sa peau" à plusieurs reprises. N'oublions pas les deux matous - pas cabotins pour deux sous et au caractère bien trempés -pour la pause tendresse et la ronron thérapie. Pause qui est la bienvenue, à la fois  pour les héros et leurs lecteurs au vue de toutes les péripéties et autres épreuves traversées .

Enfin bref, un polar à prescrire afin de le lire  - je dirais même mieux, à dévorer - le plus tôt possible que l'on aime, apprécie Venise ou non... ... ... et, bien sûr les matous. Parce que l'on ne peut pas les oublier les deux moustachus, au vue de la scène "mémorable" vécue par l'un d'entre eux !!!!

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

 

© Éditions Legrand-Cambier, 2019

 

 

 

Enquêtes vénitiennes, tome 4 : Le Mystère de Sainte Pélagie

Pierre Legrand ; Claudine Cambler

 

C'est toujours un plaisir, sans égal, de retrouver le grand chancelier Nicolo Aurelio ainsi que la belle Laura Bagarotto dont on a pu faire connaissance dans le cycle de Cinquecento.

Une intrigue policière toute simple dans la Venise du XVIe siècle, et, surtout dans laquelle le lecteur, à la suite du chancelier Aurelio, déambule dans les rues d'une Venise à la fois sulfureuse et "savoureuse" tout en rencontrant le peintre Titien et/où l'imprimeur érudit Aldo Manuzio (1449 - 1515).

Le cycle de Cinquecento et la série Enquêtes vénitiennes peuvent se lire indépendamment l'un de l'autre, et, cela même si la saga de Cinquencento  est nettement  plus complète, foisonnante au point de vue historique, artistique, littéraire, et, romanesque que les titres d'Enquêtes vénitiennes qui peuvent sembler, après coup, plus "légère".

Enfin bref, un excellent moment de lecture.

 

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

©  Éditions Legrand-Cambier, 2017

Enquêtes vénitiennes, tome 3 : La Roselière de Tessera

 

Pierre Legrand ; Claudine Cambler

 

Suite des enquêtes du Chancelier Nicolo Aurelio dans la Venise du XVIème siècle.

Comme dans les précédents titres de la série, le lecteur côtoient une foule de personnages foisonnants, voire baroques, évoluant dans une Venise alors à son apogée, que ce soit au niveau des arts, au point de vue commercial et / ou de la politique internationale.

Aussitôt reçu, je n'ai pas résisté à la tentation de le lire, et, je me suis plongée avec délice dans cette nouvelle énigme résolue d'une main de maitre par le Chancelier Aurelio.

C'est facile à lire, et, surtout "dépaysant" car on se retrouve au beau milieu de la Venise du XVIe siècle, tout en partant à la rencontre de peintres tel que le Titien, Bellini, Scarfatti, et, autre artiste vivant à cette époque.

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

©  Éditions Legrand-Cambier, 2015

 

Enquêtes vénitiennes, tome 2 : Le Souper de la San Mattio

 

Pierre Legrand ; Claudine Cambler

 

 

Je ne rajoute rien à ma précédente critique concernant le tome 1.(voir ci-dessous)

Tout y a été dit.

J'attends avec impatience la parution du tome 3. Je sens que l'attente va être longue.

Une série à lire absolument.

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

©  Éditions Legrand-Cambier, 2014.

 

Enquêtes vénitiennes, tome 1 : Le concert interrrompu

 

Pierre Legrand ; Claudine Cambler

 

C'est avec délectation que je me suis plongée dans ce titre qui inaugure une nouvelle série policière.

On y retrouve les personnages de la saga de Cinquecento, et, notamment le chancelier Nicolo Aurélio, mais, dans un rôle différent : celui de détective.


J'ai littéralement dévoré les six tomes de la saga de Cinquecento, et, ce premier tome des Enquêtes Vénitiennes n'a pas fait exception à la règle. Une fois ouvert, impossible de le refermer. Il a été lu en même pas deux jours. Je sens que je vais avoir du mal à attendre la parution du deuxième tome.


Au point de vue historique, c'est toujours aussi précis et détaillé, et, on vraiment l'impression de vivre, au côté des divers protagonistes, dans la Venise de la Renaissance.


Même si cette série est indépendante de la saga de Cinquecento, il est préférable, selon moi, de lire avant les six tomes de Cinquecento afin de bien s'imprégner de la psychologie des différents personnages, de la Venise de la Renaissance, etc.


A lire les yeux fermés !!!

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

 

© Éditions Le grand livre du mois, 2011

 

 

Le dernier homme bon

 A. J. Kazinski

 

Une intrigue quelque peu confuse ainsi que difficile à suivre, et, à comprendre. Du moins, à mon avis.

C'est "tarabiscoté" ,et, surtout tiré par les cheveux au possible. Enfin bref, guère crédible. Il y a de fortes chances pour que j'ai raté un, voire plusieurs épisodes vu que j'ai eu énormément de mal à cerner le fil conducteur de l'enquête menée par les deux personnages principaux.

Il est vrai que je suis récalcitrante avec les romanciers nordiques et autres scandinaves, et, cela même si je reconnais que ces derniers possèdent une forte imagination pour renouveler le genre.

A lire malgré tout.

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

 

 © Éditions Scrineo, 2015

 

 

La prétendue innocence des fleurs

Franck Calderon

 

A la fois mi polar, mi sentimental, ce roman dit de plage est rafraîchissant, tout en faisant passer un moment agréable, mais c'est tout.

Il ne me laissera pas un souvenir inoubliable bien que bâtir toute une intrigue autour du langage des fleurs soit une idée originale.

Malgré ce petit point positif, il s'agit d'une lecture dont j'aurais pu me passer.

 

Marianne

 

Retour répertoire AUTEUR                                                                                                                              Retour répertoire TITRE 

 

© Éditions Plon, 2009

 

 

La dame en bleu

Javier Sierra

 

Ayant découvert Javier Sierra avec son précédent titre intitulé La Cène secrète, je me suis plongée dans la lecture de celui ci. Pour tout avouer, j'ai préféré, et de loin, La cène secrète. Peut être est ce dû au fil conducteur de l'intrigue.

Il s'agit d'un polar ésotérique dit de plage pas mal du tout, mêlant à la fois faits ainsi que personnages historiques et de fictions. Eh oui, il y est beaucoup question de sœur Maria Jésus de Agreda (1602 - 1655)  - dit la Dame en bleu - qui a évangélisé, au XVIIe siècle, les Indiens du Nouveau Mexique tout en restant dans son couvent.

L'enjeu pour les différents protagonistes étant de percer, bien sûr, le mystère entourant ces "bilocations" (téléportassions) afin de les reproduire, au travers d'une machine, a des fins personnels et/ou en faveur de l'Église Catholique, du Vatican.

Un des nombreux mystères historiques qui semble un peu gros à mes yeux de "profane", mais, qui continue à fasciner de nos jours car incompréhensible à expliquer. Cela se laisse lire, mais, ne restera pas dans mes annales, même si je souhaitais  connaître le fin mot de l'histoire.

 

Marianne

 

 

Retour répertoire AUTEUR                                              Retour Salon                                                     Retour répertoire TITRE