Olivier Perrelet

Toutes vos lectures de livres récents

Modérateurs: Gilbert, Marianne, Nicole

Olivier Perrelet

Messagepar Marianne » 21 Jan 2022 21:25

Perrelet, Olivier.- Bautta de Brume : roman épistolaire.- Lausanne (Suisse) : l'Age d'homme, 2006.- (Poche Suisse ; 224).


Résumé :
Roman étrange, épistolaire, où pourtant une seule voix se fait entendre, l'autre étant effacée, dissimulée sous la première.
Le vrai dialogue, dans ce mystérieux récit, est avec Venise où l'épistolier est venu, en exil volontaire, se réfugier.
Le héros, Don Juan solitaire, privé de son escouade féminine et de sa relation intime avec la Mort, poursuit sa vaine passion de séduire en dédaignant ses conquêtes, une pratique obstinée du défi, dans une ville morte, image de sa propre vie.

Mon avis :
Il s'agit d'un roman épistolaire a une seule voix. En effet, tout au long des 111 pages composant cet ouvrage, le lecteur découvre la "prose" du narrateur.
On devine à mots couverts, une mystérieuse correspondante, mais, ledit chroniqueur s'adresse plutôt à Venise qu'il découvre en plein hiver, sans vraiment attendre de réponses de sa part.
Celui-ci présente surtout sa propre vision de la Cité des Doges tout en se l'appropriant afin de mieux la dominer. Par moment, on a l'impression que le narrateur, sous couvert de son créateur - Olivier Perrelet - s'adresse à une femme, considérant ainsi Venise comme une femme.
Même si Bautta de Brume se laisse lire. En fait, c'est plus la curiosité qui m'a poussé à la finir tant il m'a semblé étrange. Peut-être par le fait que j'ai trouvé le narrateur, par certain côté, déplaisant, dominateur. A moins que ce trait de caractère de ce dernier soit voulu par olivier Perrelet lui-même.



Image
Marianne
Votre modérateur.Image
Avatar de l’utilisateur
Marianne
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 5001
Inscription: 20 Jan 2005 18:34
Localisation: Alpes Maritimes

Retourner vers Salon de lecture

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron